AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur IOAD , forum RPG mêlant fantaisie et horreur
Pensez à jeter un coup d'oeil aux scénarios et aux mini PV's
N'oubliez pas vous avez sept jours pour terminer votre fiche
N'oubliez de voter régulièrement sur les topsites
Mais aussi, remontez régulièrement les sujets PRD et Bazzart
pour attirer les futurs membres et faire vivre le forum
Nous rappelons à nos membres qu'il est important de lire TOUTES les annexes afin d'éviter les incohérences
N'oubliez pas également de recenser votre personnage et vos névroses
Nous rappelons que IOAD est un forum contes et non Disneys!

Partagez | .
 

 

Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...

My Wonderland is shattered. It's dead to me ▬ ALICE LIDDLE



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



avatar

- it's my wonderland -

☞ ARRIVEE A ROSEWOOD : 27/10/2014
☞ TON PSEUDO : Sissy - Clochette

☞ CONTES ECRITS : 44
☞ CÉLÉBRITÉ : Chloe Moretz, la badass ♥
☞ POINTS RP : 82
☞ HUMEUR : Sensiblement morbide. Capricieusement tyrannique. Délicieusement Mercredi...





follow the cat to wonderland
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤  

MessageSujet: Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...   Mar 28 Oct - 21:23


AERIS CLARA MARY HOFFMANN
blesse mon coeur d'une langueur monotone
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤



follow the cat to wonderland
Ô Clara, douce Clara! Naissant dans une famille riche et soudée, ta vie parfaite est pourtant partie en fumée. Depuis cet accident dramatique, plus rien n'a été pareil, renforçant tes névroses et révélant au grand jour la personne que tu es vraiment.

Tu es comme deux personnes en une seule. Aucun dédoublement de la personnalité. Tu affiches deux visages différents selon les circonstances. Tu sais mener ta barque là où tu veux. A l'Asile Rosewood, tu deviens une jeune femme sombre. Refusant littéralement de grandir, tu te confortes dans tes convictions. Tu agis ainsi comme une enfant capricieuse, préférant jouer à la poupée plutôt que de pénétrer dans le monde des adultes. Tu crains ce monde qui est à tes yeux hostile et pervers. Les responsabilités, les problèmes, tout cela n'est pas pour toi. Pourtant, malgré les apparences et ce refus d'obtempérer, tu te comportes comme une adulte. Aussi cruelle... Tu es une jeune femme pourtant mature, fiable, ayant l'intelligence de la vie. Tu es une enfant dans un corps de jeune femme avec l'esprit et le comportement d'une adulte. Comme si tu étais bloquée entre deux mondes infiniment proches et diamétralement opposés. Tu agis et pense comme eux, mais pourtant, tu persistes à vouloir rester une enfant... Tu crains ce monde qui est pourtant le tient. Tu le traites de fourberie, mais tu en es la reine! Ou du moins la princesse. L'enfance a quelque chose pour toi d'innocent, de rassurant... peut-être est-ce cela que tu recherches? Dans ta quête inespérée de l'éternelle jeunesse, tu recherches la source. Ce qui fait de toi un être redoutable. Visage de poupée avec un esprit un brin sociopathe, personne ne se méfierait de toi. Le monstre qui vit en toi est caché derrière une façade de complaisance et d'enfantillage! Tu es celle qui joue à la poupée tout en discutant avec une impressionnante maturité... Sombre et tyrannique, tu n'es pas saine d'esprit et ton âme est bien assombrie.  Hostile à n'importe quelle forme d'autorité, tu refuses les règles. Plutôt dominatrice, tu aimes bien prendre le dessus sur ton frère. Tu es un être totalement égocentrique, utilisant les gens comme des pions. Ils sont pour toi des faire-valoir. Pourtant, malgré tout cela, il y a un cœur qui bat... Tu te sens seule, cruellement seule. Même en ayant ton frère à tes côtés, le fait de ne pas aimer sincèrement une autre personne te pèse. Il y a des jours où tu le vis mal, mais tu le caches, par honte ou par fierté.

Aux yeux des autres, tu es caractérisée comme étrange, joyeuse, innocente et sans cœur. Tu es un peu Mercredi de la famille Addams. Aussi tordue. Se confronte en toi constamment cet état enfantin et cette maturité, te poussant à être cruelle et manipulatrice. Tu te sers de la lumière qui est en toi pour manipuler ton monde. Tu t'en sers comme arme au lieu d'accepter cette part qui est en toi. La seule personne que tu aimes d'un amour sincère et profond est ton propre frère, que tu as parfois tendance à négliger, mais que tu ne supportes pas qu'il vole de ses propres ailes. La peur panique de te retrouver définitivement seule te ronge. Tu refuses de grandir, tu l'empêches de partir. Tu t'accroches à lui comme s'il était ton dernier souffle...

A Wonderland, tout change. Clara devient la véritable Marie du conte Casse-Noisette. Et plus elle se rendra dans ce monde, plus la lumière qu'elle a en elle prendra de la place.

☞ PATRONYME : Hoffmann
☞ PRENOM : Aeris est ton premier prénom. Ce nom se rapporte au latin aer, signifiant "aérien" D'origine scandinave, il paraitrait que ce serait le nom désignant les Dieux qui veillent sur le monde des humains. Pourquoi ce prénom? Tu ne savais pas la raison d'une telle fantaisie. Ce côté léger, sensible, aérien, cela te définit plutôt bien... référence à l'enfance et à l'insouciance...

Ton deuxième prénom est Clara. Celui-ci signifie "Illustre" en latin. Un prénom qui te colle à la peau. S'exprime la joie et l'énergie à travers ce prénom. Doux, chaleureux... il est ton opposé total. Un prénom rayonnant pour une fille froide et sans cœur, quelle ironie! Il est aussi le prénom de l'héroïne dans le ballet de Casse-Noisette...

Ton dernier prénom est ce lui de Mary. A l'anglaise, sa signification est "celle qui élève" en hébreu. Encore plus doux que les autres prénoms, tu as tendance à croire qu'il fait référence à Marie La Sanglante... aussi sombre et vierge que toi, tu es assurément l'incarnation de Bloody Mary... Frissonnante de cruauté.
☞ DATE & LIEU DE NAISSANCE : Tu es née le 14 Février 1929 à Londres, durant une nuit de pleine lune.
☞ AGE : Dans cette quête incessante de garder indéfiniment ta jeunesse et ton enfance, dix-neuf larmes ont quand même coulé sur tes douces joues diaphanes...
☞ ORIGINES & NATIONALITE : Tu es née à Londres, ce qui fait de toi une Anglaise. Cependant, tu conserves dans ton sang des origines russes par ta mère et des origines allemandes par ton père.
☞ ETUDES/METIER : Tu as connu l'école durant ta tendre enfance. Ceci étant, depuis le drame qui a bouleversée ta vie, tu n'as jamais pu continuer l'école. Très jeune, tu étais déjà placée à l'asile Rosewood... Secrètement, jeune rat de l'opéra enfant, tu rêvais de devenir danseuse... rêve devenue chimère...
☞ ORIENTATION SEXUELLE : Jeune fille au teint délicat, au visage de poupée dans un corps harmonieux de jeune femme. Le temps passe, mais ce dernier n'a pas l'air d'avoir d'effet sur toi. Refusant de grandir, ton corps répond simplement le contraire. Expériences nouvelles, pulsions, désirs... Ça te panique et te fait plaisir! En outre, si tu devais t'accrocher à quelqu'un, ce serait sûrement un homme... en particulier un...
☞ STATUT : Refusant le bonheur par peur, par crainte ou par fierté, tu es et demeure tout simplement célibataire. Tu n'as jamais goûté aux plaisirs charnels, craignant ce moment si attendu par les femmes. Ne voulant point être esclave de tes sens, tu restes donc vierge de toutes caresses...
☞ SITUATION FAMILIALE : Orpheline très jeune, tu as connu tes parents, mais ce souvenir reste brumeux, s'évanouissant dans une lumière éphémère à chaque tentative de ta mémoire de les ramener à la vie... Ayant un oncle, ce dernier a décidé de te placer en asile plutôt que de s'occuper de toi, cet ingrat! Il ne reste plus que ton frère, Nolan, ta seule famille, ton seul soutient, parcourant la vie main dans la main. A Rosewood avec toi, il est ton pilier, ton monde, ton âme sœur.
☞ NEVROSE : Si seulement... Tu es atteinte d'étranges et d'effrayantes névroses. La première concerne la peur panique et incontrôlable des souris et des rats. Ce syndrome remonte à ton enfance. Tu te sens persécutée par ces petites bêtes alors que tu es capable de manger les plus gros! Il suffit qu'on parle de rat, que tu entendes ces cris stridents ou même que tu aperçoives un bout de sa queue pour paniquer et partir dans une crise alarmante! Tu es atteinte de Musophobie.

La seconde névrose est ceci dit plus drôle et plus inquiétante que la première... En effet, tu refuses littéralement de grandir. Tu es angoissée rien qu'à l'idée de grandir et de pénétrer dans le monde des adultes. Les responsabilités, ce monde si impur a tes yeux, tu n'en veux pas. Ce pourquoi tu désirs rester dans l'enfance. Cependant, malgré cette détermination à rester une enfant, tu te comportes pourtant comme une adulte... Une enfant avec l'esprit d'un adulte... Tu es atteinte du Syndrome de Peter Pan. (A différent degrés. Tu n'es pas immature.)
☞ PERSONNAGE DE CONTE : Marie, dans Casse-Noisette et le Roi Souris. Version dark xD
☞ GROUPE : Disturbia
☞ CARACTERE DE CHIEN : Tu es à double visage, à double tranchant. Changeant de personne selon celle qui est ton interlocutrice... En outre, face à tes camarades, tu es Capricieuse - Autoritaire - Rêveuse - Un brin tyrannique et sociopathe - Fière - Orgueilleuse - Insoumise - Mielleuse - Fausse - Intelligente - Rusée - Fourbe - Sadique - Menteuse - Loyale - Fiable - Dominatrice - Exigeante - Perfectionniste - Tordue - Sombre - Refuse de grandir, donc mélange de comportements enfantins et mâtures - Mystérieuse - Réservée - Sauvage - Oratrice - Manipulatrice - Irritable - Calme - Froide - Égocentrique - Protectrice - Possessive.

Face aux personnels, tu sais jouer de tes atouts et de ta petite bouille d'ange pour mieux avoir le dessus. En outre, tu fais semblant et deviens Fausse - Gentille - Aimable - Disciplinée - Faussement soumise - Adorable - Mignonne - Enfantine - Sensible - Douce - Tendre - Rêveuse - Sympathique - Réservée - Innocente - Joyeuse...

Mais en présence de ton frère, tu es toi, tout simplement toi... Il te connait par cœur, tu es les deux visages.
☞ CREATEURS : Tumblr

♠️

behind the mirror

PRÉNOM/SURNOM ; LA REINE DES LICORNES AGE ; Un Joyeux Non-Anniversaire! A qui? A vous! J'ai le même âge que zumelle SEXE ; Que c'est dommage! Vraiment pas? Un petit peu? I'm a girl COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM?  ; C'est ma conscience qui m'en a parlé ET COMMENT TU LE TROUVES? ; Tellement immonde que je me fais un DC PEUT-ON ON FAIRE UN PREDEFINI DE VOTRE PERSO. SI VOUS ETES SUPPRIME ? ; NON What a Face Car je vais rester accrocher au navire tel un coquillage psychopathe QU'ON LUI COUPE LA TETE ; Chloë Moretz CODE RÈGLEMENT ; OK par zumelle AUTRE CHOSE A AJOUTER? ; Les licornes 7⃣Les lapins et les cookies cey toujours la vie Et je vous promets que vous aller adorer la petite Marie version dark What a Face Sinon, j'vous aime





Dernière édition par A. Clara M. Hoffmann le Mer 29 Oct - 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

- it's my wonderland -

☞ ARRIVEE A ROSEWOOD : 27/10/2014
☞ TON PSEUDO : Sissy - Clochette

☞ CONTES ECRITS : 44
☞ CÉLÉBRITÉ : Chloe Moretz, la badass ♥
☞ POINTS RP : 82
☞ HUMEUR : Sensiblement morbide. Capricieusement tyrannique. Délicieusement Mercredi...





follow the cat to wonderland
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤  

MessageSujet: Re: Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...   Mar 28 Oct - 21:25


☞ tell us your story ☜
une toute petite courte citation qui peut rentrer ici easy
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤


♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕
follow the cat to wonderland




« Le 24 Décembre 1938 à Londres.
Manoir des Hoffmann.




♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕




Tic... Tac... Tic... Tac... Inlassablement, tu fixais la pendule en bois voguant de droite à gauche, lentement, mais sûrement. Captivée par ce manège qui se déroulait sous tes yeux, tu attendais patiemment le moment venu. Tu guettais la voix harmonieuse de ta mère qui t’appellerait pour descendre au salon. Pendant ce temps, tu t'occupais comme tu le pouvais. Assise par terre en tailleur dans ta chambre, tu étais habillée d'une jolie robe de princesse avec voiles, volants et froufrous en tout genre. Tes cheveux brun ondulés descendaient en cascade sur tes petites épaules. Cette couleur d'ébène te faisait ressortir ton teint de porcelaine et tes yeux ambrés. Tu étais déjà une charmante petite fille, belle et bien polie. Ainsi donc, tu patientais tranquillement. Lassée de fixer cette pendule qui ne changeait pas de rythme, tu te dirigeais vers ton armoire vitrée. A l'intérieur, se trouvait tes jouets et autres poupées. Prenant une chaise pour grimper dessus, tu pris la clef au-dessus de ton armoire pour ouvrir les portes. Tu pris soin de les prendre dans tes mains sans les faire tomber. Tu allais t'amuser avec tes personnages en bois. Tu avais toute la panoplie de la parfaite petite bergère. Moutons, chèvres, berger, poules, coqs... aucun ne manquait à l'appel. Occupation d'une petite fille lambda de cette époque, tu étais dans les normes. Tu avais vraiment hâte de pouvoir descendre. Mais pour quelle raison étais-tu obligée de rester dans ta chambre? Tout simplement parce que c'était le soir de Noël et qu'en bas, les adultes finissaient de mettre en place les derniers préparatifs. Tu étais à la fois impatiente et surexcitée à chaque fois que tu pensais à ce que le Père Noël t'avait apporté comme cadeaux. Toutes ces merveilles reposaient tranquillement sous le sapin, attendant patiemment que le propriétaire vienne les chercher.



Tu étais donc au 24 Décembre, le soir de Noël et tu avais passé quasiment ta journée dans ta chambre. Tu en étais presque frustrée, mais tu savais que cela était pour la bonne cause. Tu ne souhaitais pas gâcher la surprise. Quant à ton frère, il avait passé son temps à rouspéter et à faire les cents pas dans sa chambre, tel un lion en cage. Sans compter que tu n'en pouvais plus t'entendre ces cris de guerre quand il jouait aux petits soldats de plomb. Ses hussards, selon lui et il était leur commandant en chef. Ton petit frère était vraiment turbulent et capricieux, il n'avait pas cette finesse de demander calmement. Quant à toi, tu étais aussi l'une de ses petits filles capricieuse qui aimait bien tout avoir tout de suite, mais au fil du temps, tu avais appris à te contenir et à paraître plus intelligente que ton interlocuteur. Rien qu'à cet âge, tu savais déjà où viser pour toucher ton but. Sous tes airs de jeune fille angélique et courtoise - ce qui était le cas à cette époque - tu aimais en jouer pour arriver à tes fins. Enfin, surtout pour avoir la deuxième part de tarte ou encore, pouvoir obtenir le plus beau jouet du magasin. Des exigences et des caprices de petite fille. Tu soupirais d'un air las, tournant de nouveau la tête vers la pendule. Il était bientôt dix-neuf heures et tu commençais à t'inquiéter. Tu te levais donc pour coller ton oreille contre ta porte de chambre. Peut-être n'avais-tu pas entendu ta mère t'appeler? Quelques instants plus tard, rien. A part les bruits que faisaient ton jeune frère, tu n'entendais rien d'autre. Soupir. Tu te dirigeais alors sur ton lit, bras posés sur le rebord intérieur de la fenêtre, observant les flocons de neige tomber silencieusement sur les toits de Londres. En bas, des chariotes traversaient la rue avec leurs chevaux sur les pavés anciens de la capitale. Contempler la neige était calme et reposante. Tu commençais même à partir dans tes rêveries quand ton frère fit irruption dans ta chambre. Tu détournais le regard vers lui, surprise par cette intrusion. "Pourquoi n'as-tu pas frappé jeune frère?!" demandais-tu d'une voix assez pompeuse. Nolan avait l'air tout excité, mais au moment où tu lui avais posé cette question, il te fixait d'un œil perplexe. Il répliquait comme si cela était une évidence à ses yeux. "C'est Noël! Maman nous a appelé au salon! On peut descendre!" Ouvrant grand les yeux et la bouche, tu descendis de ton lit rapidement, prenant ton petit frère par la main et l'entraînant avec toi dans ton sillage jusqu'au salon. Tu étais totalement euphorique! Arrivée en bas, devant l'immense porte qui te gardait encore éloigné du monde des rêves, tu suppliais ta mère du regard de te laisser passer. "Patience ma fille, ton oncle doit venir ouvrir la porte." Sa voix était douce, rassurante.



C'est alors que ton oncle fit son apparition, la fameuse clef à la main. Nolan sautait sur place, claquant des mains alors que toi, tu ne bougeais pas, mais bouillonnait d'impatience. Il introduisait la clef dans la serrure... un clic... deux clics vers la gauche... il posa sa main sur la poignet ronde, puis tourna dans l'autre sens. La porte s'ouvrit, te laissant ainsi pénétrer dans le salon. Quel fût donc ce spectacle si magnifique qui s'offrait à tes yeux ainsi qu'à ceux de ton frère! Tout était magique, splendide, grandiose! La bouche grande ouverte et les yeux émerveillés, tu regardais partout sans pouvoir poser ton regard définitivement sur un endroit précis de la pièce. Tout captait l'attention, te captivait. Au bout d'un moment, tu t'écriais "Que c'est beau!"Suivi en cœur par ton frère qui avait déjà pris d'assaut le buffet. Le grand pin au milieu de la table portait une foule de pommes d’or et d’argent ; des pralines et des bonbons de toute sorte en représentaient les boutons et les fleurs, et de beaux et nombreux jouets étaient suspendus à toutes les branches. Mais ce qu’il y avait de plus beau dans l’arbre merveilleux, c’était une centaine de petites bougies, qui brillaient comme des étoiles dans son sombre feuillage, et tandis qu’il semblait avec ses lumières, au dedans et au dehors, inviter les enfants à cueillir ses fleurs et ses fruits. Tout resplendissait riche et varié. Que de belles choses se trouvaient là, et qui pourrait essayer de les décrire ? Tu regardais les plus belles poupées, toutes sortes de charmants petits ustensiles de ménage ; et ce qui attirait le plus ton regard, c’était une petite robe de soie qui pendait sur un petit piédestal élégamment ornée de délicieux rubans. Tu la regardais de tous côtés. A cette époque, tu étais très "fille" ayant un penchant prononcé pour le rose, les robes et les princesses. A croire que tu n'as jamais été cette petite fille... Nolan, pendant ce temps, avait déjà fait trois ou quatre fois le tour de la table au galop sur le nouveau cheval, qu’il avait trouvé tout bridé. "C’est une bête fougueuse, mais peu importe! Je la dompterai." Tu le trouvais bien téméraire. Et il mit en rang les nouveaux escadrons de hussards, magnifiquement habillés de rouge galonné d’or. Ils avaient en main des sabres d’argent, et leurs chevaux blancs avaient un tel éclat, que l’on aurait pu croire qu’ils étaient d’argent aussi. Tu souriais, amusée. Il n'avait vraiment pas besoin de hussards en plus, il en avait déjà plein les tiroirs! Mais le fait de voir sa joie sur son visage te faisait fondre. Tu étais heureuse pour lui. Quant à toi, tu t'occupais à feuilleter les nombreux livres sous tes yeux, observant les images et les dessins. C'était alors qu'on t'appelait à table pour manger les merveilleux mets qui s'y trouvaient. Ni une, ni deux, tu te levais rapidement pour te précipiter à ta chaise, prête à tout avaler si ton estomac te le permettait.



Le dîner était passé et alors que ton frère commençait à ouvrir ses cadeaux, tu restais à table. En enlevant les hussards de ton frère qui se tenaient en ligne de parade tout près de l’arbre des joujoux, un petit homme avait été mis à découvert. Il attendait là, tranquille et discret, que son tour arrivât. Il y avait certainement beaucoup à objecter contre l’élégance de ses formes : car outre que son gros ventre ne fut nullement en rapport avec ses petites jambes grêles, sa tête paraissait aussi beaucoup trop grosse ; mais son habillement parlait en sa faveur, car il faisait supposer un homme de goût. Ainsi, il portait une très-joli veste de hussard, d’une belle et brillante couleur violette, avec une foule de ganses et de boutons blancs ; des pantalons du même genre et de ces très-jolies petites bottes qui étaient autrefois de mode parmi les étudiants et même les officiers. Elles étaient si bien ajustées aux jambes, qu’on aurait pu croire qu’elles étaient peintes. Ce qui faisait un effet comique dans son arrangement, c’était un étroit et long manteau placé par derrière, et qui paraissait être de bois. Et il portait en outre un bonnet de mineur. Tu trouvais ce personnage vraiment très étrange. Descendant ainsi de ta chaise, tu étais partie prendre le jouet dans tes mains. Curieuse et le tournant dans tout les sens, tu le trouvais fort laid et n'ayant aucune utilité. Sans t'en rendre compte, ton père s'était accroupi derrière-toi, prenant la parole. "Tu sais ce que c'est?" Il marqua un temps d'arrêt, le temps de te laisser répondre. Haussant les épaules, tu te retournais pour lui faire face. "Je n'en sais rien..." Il souriait. D'une main tendre, il venait caresser tes cheveux. "C'est un Casse-Noisette et comme le dit son nom, il croque et casse les noix." Ton regard parcourais alors attentivement le casse-noisette, intriguée. "C'est un drôle de jouet! Il ne fait que casser les noix?" demandais-tu naïvement. Le jouet ne t'intéressait pas vraiment, tu le trouvais déjà bien laid comparé à tes nombreuses poupées. Sans compter que tu n'avais jamais eu un jouet habillé comme un soldat. Cependant, tu le gardais dans tes bras, pour t'occuper. Ton père déposa alors un doux baiser sur ton front avant de rejoindre le reste de la famille.



♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕



Le temps passa vite en ce soir de Noël. Il était temps d'aller au lit. Habillée en chemise de nuit, tu avais rangé tout les jouets, trouvant de nouvelles places pour tes nouveaux cadeaux. Cependant, au lieu de ranger le Casse-noisette dans ton coffre à jouet, tu l'avais placé sur ta table de nuit, près de ton lit. Ce personnage t'avait fort intrigué malgré son manque cruel d'utilité. Tu te couchais alors dans ton lit, attendant que le sommeil te gagne. Tu regardais le casse-noisette jusqu'à fermer les yeux, de fatigue. Il était temps de dormir... »




Dernière édition par A. Clara M. Hoffmann le Mar 28 Oct - 21:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

- it's my wonderland -

☞ ARRIVEE A ROSEWOOD : 27/10/2014
☞ TON PSEUDO : Sissy - Clochette

☞ CONTES ECRITS : 44
☞ CÉLÉBRITÉ : Chloe Moretz, la badass ♥
☞ POINTS RP : 82
☞ HUMEUR : Sensiblement morbide. Capricieusement tyrannique. Délicieusement Mercredi...





follow the cat to wonderland
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤  

MessageSujet: Re: Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...   Mar 28 Oct - 21:29


☞ tell us your story ☜
Kiss My Eyes The Name To Sleep
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤


♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕
follow the cat to wonderland




« Le 7 Septembre 1940 à Londres.
Orphelinat Shadow.




♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕





Tard le soir... la pluie battante venait se fracasser contre les fenêtres vitrées. Le ciel était sombre, les nuages cachaient le peu de clarté que le toit du monde pouvait donner. Au loin, l'orage grondait, prêt à déverser son courroux sur les pauvres mortels. Il faisait sombre... tellement sombre... Tu étais figée devant la fenêtre habillée en chemise de nuit blanche, regardant les toits des maisons... les rues pavées... les gens qui couraient pour se mettre à l'abri... la pluie qui tombait... froide et calme, tu ne disais aucun mot. Émanait de toi un aura angoissant alors que tu caressais doucement les cheveux de ta poupée que tu avais dans les bras. Le regard dans le vide, la tête légèrement penchée sur le côté, tu étais présente sans l'être vraiment. Ton corps était ici, mais ton esprit était ailleurs. Tu ne faisais attention à rien autour de toi. Tes cheveux d'un noir d'ébène encadraient délicatement ton visage diaphane... tu faisais penser à ces petites filles tout droit sortie de ces films d'horreurs. Dans la pénombre du soir, tu avais allumé ta petite lampe de chevet. Cette dernière éclairait faiblement la pièce dans laquelle tu te trouvais. C'était une chambre d'enfant. Le sol était en bois, ainsi que les murs et le plafond, soutenu par des poutres en bois. Deux lits trônaient en ce lieu. Le tiens qui se trouvait près de la fenêtre. Celui de ton frère qui était près de la porte. C'était des lits en fer, qui grinçaient à chaque fois que vous montiez dessus. Le matelas était fin, tu pouvais sentir les ressorts te faire mal. Tu te retrouvais sans cesse avec des bleus dans le dos et sur tout le corps. Ta chemise cachait en partie les dégâts causés sur ton corps si frêle. Seuls les bras trahissaient ce manque de confort. Les gens pensaient automatiquement que tu étais maltraitée. Ce qui n'était pas totalement faux... physiquement, on ne te faisait rien, hormis te laisser dans un environnement inconfortable. C'était sur le plan psychologique le problème. Plus le temps passait, plus tu sombrais. Pourtant, tu n'étais pas dans un asile de fous, Ô que non! Tu étais dans un orphelinat, placée ici avec ton frère. Mais cet endroit te rendait folle, te refermant sur toi-même au point de ne plus sortir de ta chambre et de développer un comportement inquiétant. Comme le fait de détacher la tête de tes poupées ou de les scarifier. Aux yeux des autres orphelins, tu étais l'étrange petite fille. On t'inventait une histoire, un passé. On te prônait comme le monstre de l'Orphelinat, l'étrange fille aux poupées décapitées. En ta présence, les enfants se taisaient, certains, les plus petits, se mettaient à pleurer quand tu les regardais. Impassible, tu te fichais bien de savoir comment on t'avait nommé et comment on te percevait. Ne comptait que pour toi ton frère, le seul qui te soit véritablement lié. Même si au fond, tu cachais cette souffrance. Cette solitude qui te rongeait l'âme. Cette douloureuse vérité de se sentir seule, abandonnée... une orpheline... une enfant perdue...



Les bruits que faisaient ton frère eût le don, à force, de te faire sortir de tes sombres songes. Tu tournais la tête légèrement sur le côté. Ton frère s'était assoupi, il venait de se réveiller. Il était plus jeune que toi, d'un an seulement. Pourtant, tu ne voyais pas la différence. A tes yeux, il était ton jumeau. Au loin, un éclair fit son apparition éclairant la petite chambre. Trois secondes plus tard... vacarme assourdissant. La colère gronde au loin et le sifflement du vent devenait strident. Tu te retournais donc pour regarder ton frère. Tout en caressant ta poupée, tu t'avançais vers lui d'un air calme et digne. Te mettant face à lui, tu l'observais curieusement. "Que veux-tu?" demandait-il presque las. Il avait l'habitude de ton comportement. Depuis que tu étais dans ces lieux, tu avais changé et lui aussi. Un mince sourire venait se dessiner sur tes lèvres pourpres. Tout en caressant les cheveux noirs de ta poupée au visage terrifiant, tu répondis. "Cesse de faire du bruit!" Tu étais autoritaire. Tu prenais même un malin plaisir à donner des ordres. "Je n'entends plus la pluie tomber..." finissais-tu par dire, le regard mélancolique. La pluie... seule berceuse qui avait le don d'apaiser ton âme. Tu avais donc horreur qu'on vienne interrompre cette symphonie. Ton frère, assis en tailleur sur son lit, te fixait, sourire amusé aux lèvres. Tu le faisais gentiment rire. Il arrivait à lui aussi d'être terrifiant... voire même plus. Il avait ce côté instable qui faisait toute la différence... Puis, il avait une drôle de façon de s'amuser... Mais étrangement, on se méfiait moins de lui car il avait cette faculté à faire semblant, à tromper l'ennemi. Derrière ce visage juvénile se cachait les prémices d'un véritable démon. Rien que pour cela, tu l'admirais. Toi qui étais incapable de mentir et qui affichais cette expression sempiternelle sur ton visage... morne, triste, mélancolique, calme, froide... La gaité t'avait quitté. Soudainement, une idée te vint à ton esprit. Tu repris la parole, détournant ton regard dans le vide pour le poser sur ton frère, qui continuait à s'amuser de ton cas. "Cesse de sourire!" Odieuse étais-tu! Mais tu ne supportais pas que ton propre frère se moque de toi. "Apprends-moi à porter un masque." Ta voix était presque solennelle, tu lui avais demandé cela d'un air décidé C'était comme une évidence. A cette requête, tu lui demandais de t'apprendre à camoufler tes émotions, à afficher à ta guise toutes les expressions que tu souhaitais sans le ressentir pour le moins du monde. Être joyeuse alors que tu es triste. Être agréable alors que tu es fausse. Tout cela, tu voulais l'acquérir. Ton frère avait cessé de sourire un instant, te regardant comme si tu avais divagué. "Que veux-tu que je t'apprenne?" Il était surpris. Il se leva alors du lit, te faisant face de toute sa hauteur. Il avait déjà une tête de plus que toi, rien qu'à son âge. Tu le regardais un instant. Ton regard était dur... tu le trouvais beau... "Tu n'as rien à apprendre de moi..." continuait-il amusé, affichant de nouveau ce fameux sourire taquin. Il se baissa alors pour avoir vos deux regards face-à-face, mains sur ses cuisses comme soutient. "Tu as déjà tout pour toi, suffit de sortir de cette torpeur!" Oui, une torpeur plus qu'inquiétante. Automatiquement, tu le prenais pour un refus. Il ne voulait pas t'aider, tout simplement. Tu avais cessé de caresser les cheveux de ta poupée sur ces dernières paroles. Tu sentais la colère monter en toi. Tu lui en voulais. Pour toi, il ne voulait faire aucun effort. Sans compter qu'il avait osé t'insulter. D'un geste sec, sous l'impulsion de la colère, tu dévissais la tête de ta poupée. Tu l'avais décapité. Et une poupée de plus passant à la trappe! D'un geste rapide, tu balançais la tête de la poupée à l'autre bout de la pièce sans détacher ton regard furieux de ton frère. Comme une sorte de défis. La tête se fracassait contre un mur. Tu pouvais l’entendre rouler avant de s'arrêter. "C'est que tu ne veux pas m'aider!" Pleine de rancunes, tu tournais les talons pour aller t'asseoir sur ton lit, jetant la poupée dans le peu de jouets que vous possédiez. T'allongeant sur le dos sur ton lit, tu fixais le plafond, te plongeant dans un mutisme énervant. "Clara?" Sa voix était inquiète. Malgré son caractère, il ne supportait pas de te voir fâchée, contrariée, triste, surtout si c'était lui la cause de ton état. Tu ne lui répondais pas. Il ouvrit alors un tiroir provenant de la table de chevet pour en ressortir un pot de colle. En quelques enjambées, il fût devant le tas de jouets dont il pris dans une main la poupée décapitée. "Va ramasser sa tête, faut la recoller." Il était déterminé à réparer la malheureuse, la victime de tes caprices. Tu te redressais du lit, soutenue par tes coudes, l'observant. Tu te demandais où il voulait en venir. Mais sans mot dire, tu descendais de ton lit, partant à la recherche de la tête.



Il ne fût pas plus d'une minute pour retrouver la partie manquante du corps. Elle avait roulé sous l'armoire. Tu te baissais donc, fixant soigneusement ce qu'il pouvait avoir sous ce meuble. La tête de la poupée était visible et à ta portée. Tu passais donc ta main en-dessous, en toute confiance. C'est alors qu'une douleur lancinante foudroya ta main, te faisant pousser un cri de douleur avant de te mordre les lèvres. Aussitôt, d'un geste automatique, tu retirais vivement ta main de sous l'armoire, tête de la poupée en main, quand tu vis agrippé à cette dernière, un énorme rat noir. Yeux grands ouverts, tu étais terrifiée. Ainsi, un hurlement strident se fit entendre. Venant du plus profond de tes tripes, tu hurlais devant cette vision d'horreur, secouant ta main violemment pour que le rat se décroche. Mais plus tu t'agitais, plus tu avais l'impression qu'il resserrait son emprise. Sans même savoir ce qui s'était passé, ton frère avait surgit derrière-toi avec un livre, frappant le rat pour qu'il te lâche. Ce qui eût le résultat escompté. De nouveau libérée, tu reculais maladroitement en arrière, voulant t'éloigner le plus possible du lieu du crime. Ta main saignait. Elle te faisait mal et tu pouvais sentir cette douleur lancinante, venant et s'en allant comme les vagues de l'océan. Tu t'étais relevée pour te réfugier dans ton lit, sous tes draps. Assise, recroquevillée en boule, bras autour de tes jambes, tu attendais. Peur... tu avais toujours peur. Tu entendais ton frère frapper le sol avant d'entendre le grincement aiguë d'un animal qu'on écrasait. Ta respiration était saccadée. C'est alors, que doucement, le drap qui te servait de protection, se laissait glisser en avant. De nouveau à découvert, tu vis ton frère s'asseoir sur le rebord de ton lit. Il avait ce regard bienveillant. "Montre ta main." Sa voix était calme, il avait tendu la sienne, paume ouverte. "Nan!" répliquais-tu sèchement, camouflant ta main derrière ton dos. Il appuyait alors ton regard, insistant d'avantage. Après quelques instants d'hésitations, tu sortais ta main de sa cachette, pour la déposer dans la sienne. Tu avais détourné ton regard. Tu ne supportais pas d'être vulnérable, faible. Tu sentais ton frère inspecter ta main, la palper, la caresser. "Allons voir l'infirmière." A ces mots, tu te braquais, voulant retirer ta main de la sienne, sans succès. Il t'avait empoigné. Tu t'agitais alors, tirant un peu plus sur ton bras pour qu'il te lâche. Nolan te tira alors brutalement vers lui, retombant dans ses bras. Te serrant fort, il te chuchotait à ton oreille. "Tout ira bien... ce n'est rien Clara..." Des larmes commençaient à naître dans tes yeux alors que tu enfouissais ta tête dans le creux de son cou. "Pourquoi? Pourquoi nous ont-ils abandonnés?" Sur ces mots, ta voix se brisa, pleurant en silence. Des perles de pluie roulaient sur tes douces joues rondes. Ton petit corps frêle subissait des soubresauts dû à ton chagrin. Nolan caressait tes cheveux. "Je n'en sais rien..." Il marqua une pause avant de reprendre. "Viens avec moi..." Le sentant se redresser, tu faisais de même, le suivant sans plus aucune forme de résistance. Bras entourés autour de sa taille, tu marchais à ses côtés pour quitter la chambre. Au loin, près d'un coin du mur, le rat mort. Ensanglanté, une fourchette plantée dans le ventre. Tu l'entendais encore couiner, agonisant. "Pourquoi n'est-il pas mort?" Ta voix n'était qu'un murmure, presque épuisée de ce qui s'était passé. Nolan mis du temps à te répondre. C'est dans les  escaliers de l’établissement, qu'il pris la parole. "Je préfère le voir souffrir..." Silence. Cette scène restera marqué à vie dans ta mémoire.



Et pendant que vous quittiez le seul endroit qui vous restez, vous vous rendiez compte que vous étiez bien seuls... Pauvres... Orphelins d'un père et d'une mère qui ne sont plus... Effacés de la surface de la Terre... Ils étaient morts par un temps de pluie... »




Dernière édition par A. Clara M. Hoffmann le Mar 28 Oct - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

- it's my wonderland -

☞ ARRIVEE A ROSEWOOD : 27/10/2014
☞ TON PSEUDO : Sissy - Clochette

☞ CONTES ECRITS : 44
☞ CÉLÉBRITÉ : Chloe Moretz, la badass ♥
☞ POINTS RP : 82
☞ HUMEUR : Sensiblement morbide. Capricieusement tyrannique. Délicieusement Mercredi...





follow the cat to wonderland
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤  

MessageSujet: Re: Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...   Mar 28 Oct - 21:30


☞ tell us your story ☜
Kiss My Eyes The Name To Sleep
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤


♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕
follow the cat to wonderland




« Le 14 Novembre 1942 à Londres.
Orphelinat Shadow.




♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕





Monsieur Drosselmeier.




Je me permets de vous écrire cette lettre depuis l'Orphelinat de Londres. Cela fait longtemps que nous n'avons plus de vos nouvelles. Sachez que vos neveux, malgré qu'ils aient perdus leurs parents, ne méritent pas leur place au sein de notre établissement. Il leur reste un parent proche qui peut les élever et s'en occuper. Je vous parle de vous Monsieur. Ces enfants prennent la chambre d'un véritable orphelin qui pourrait arriver d'un jour à l'autre. Il serait plus judicieux de les prendre avec vous et de les éduquer. Ces enfants ont encore de la chance malgré leur malheur. Ils ont un oncle, un membre de leur famille encore en vie. Je me permets donc de vous joindre à cette lettre une photo des deux enfants. Ils ont besoin d'aide. Ils ont besoin d'amour. Ne les laissez pas tomber alors qu'ils n'ont plus rien. Clara parle souvent de vous, Monsieur. Il serait plus que judicieux de donner signe de vie. Vous risquez de les perdre en agissant ainsi. Ils risquent de vous détester pour ce que vous leur avez fait. Les placer au sein de notre orphelinat au lieu de les élever!


J'ai accepté de les prendre sous mon aile parce qu'ils étaient encore jeunes et bien trop apeurés. Mais depuis, trois ans ont passés. Aucune famille n'est venue les adopter parce que vous êtes marqué comme le tuteur légal de ces enfants. Aux yeux de la loi, ils ne sont pas orphelins. Ce qui provoque des dégâts sur le plan psychique des enfants. Ils ne comprennent pas pourquoi aucune famille chaleureuse ne les adopte. Ils ne comprennent pas non plus pourquoi leur oncle ne vient pas leur rendre visite. Leur expliquer cela est au-dessus de mes forces. Comment expliquer à des enfants plein d'espoirs qu'ils ne seront jamais adopté à cause d'un document administratif faisant foi que vous êtes le tuteur légal? Je ne me permettrais pas de briser le peu d'espoir qu'il reste en eux.


Alors, Monsieur, je vous en conjure, si vous avez un temps soit peu d'humanité en vous, venez à l'Orphelinat. Prenez contact avec vos neveux. Ayez un cœur Monsieur!




Je vous pris d'agréer, Monsieur, mes amitiés les plus sincères.
Bien à vous, Madame Pervenche,
Directrice de l'Orphelinat Shadow.





♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕





« Le 9 Janvier 1943 à Londres.
Orphelinat Shadow.




♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕





Monsieur Drosselmeier.




Je vous envoie de nouveau une nouvelle lettre suite à la précédente que vous avez sûrement dû avoir depuis déjà quelques semaines. Je n'ai toujours eu aucune réponse de votre part et je commence à me poser sérieusement des questions. A un moment, j'ai même pensé qu'ils vous étiez arrivé quelque chose. Un accident, un malaise. J'ai donc contacté ces derniers temps tout les services hospitaliers de la ville à la recherche d'un certain patient du nom de Drosselmeier. Si ce dernier avait été admis récemment ou si cela datait de quelques semaines. Plus le temps passait, plus mon espoir de croire qu'un accident avait pu vous empêcher de me répondre se dissipait lentement. A vrai dire, j'espérais sincèrement qu'il vous soit arrivé quelque chose. Cela m'aurai évité de penser que vous êtes un odieux personnage, monsieur. Je dirais même plus, un monstre!


Ainsi donc, durant mes recherches, j'ai malencontreusement apprise - sans surprise - que vous étiez bel et bien en bonne santé, résident toujours dans votre demeure située à l'ouest de Londres. Pourquoi donc faire le mort? Vous n'aimez pas vos neveux? Savez-vous que ces derniers temps, Clara développe un comportement bien étrange? Elle ne fait que casser les jouets des autres enfants, signe d'un comportement perturbé. Il lui manque la stabilité. Je vous pris, Monsieur, de me joindre le plus rapidement possible. Clara et Nolan se renferment de plus en plus, ne passant leur temps que dans leur chambre. Ils deviennent de plus en plus étranges et je m'inquiète de leur santé mentale. La petite Clara a d'ailleurs cessé de vous réclamer sans cesse et cela, depuis déjà quelques mois. Je ne vous l'avais pas écrit parce que je pensais que vous méritiez de les voir. Mais je me pose des questions.


Tout cela pour vous dire que vous devez venir immédiatement à l'Orphelinat, les voir et les prendre avec vous! Si cela continue, je ne pourrais plus m'en occuper. Vous voulez les retrouver à la rue? Voulez-vous avoir cela sur votre conscience? Je reçois de plus en plus d'orphelins qui ont perdus leurs parents. Je n'ai plus de place au sein de mon établissement. Il faut que je fasse de la place. Les Hoffmann sont les premiers sur ma liste qui doivent partir. Vous êtes leur tuteur! Ils ne sont pas totalement orphelins, vous êtes vivant! Venez les chercher ou je ferais appel à la Justice spécialisée dans les Droit des Enfants.




A bon entendeur Monsieur.
Madame Pervenche,
Directrice de l'Orphelinat Shadow.





♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕





« Le 22 Mai 1943 à Londres.
Orphelinat Shadow.




♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕





Monsieur Drosselmeier.




Je ne sais pas pourquoi je vous écris encore... Cela fait des semaines que je vous écris des lettres sans aucune réponse de votre part. Je ne comprends pas vos raisons. Je ne comprends pas pourquoi vous les rejetez alors qu'ils ont besoin d'un membre de leur famille à qui se raccrocher. Ils ont besoin d'une famille. Le comportement de Clara m'inquiète sincèrement... elle fait peur aux enfants et je commence à ne plus me sentir en sécurité seule, dans la même pièce qu'elle. Quant à son frère, il a développé un comportement qui se rapproche de la sociopathie. Sincèrement, je ne sais pas ce qui ne tourne pas rond dans leur tête, mais j'ai l'impression que c'est bien plus grave qu'il n'y paraît. Quelque chose cloche... Il me font peur...


Monsieur, c'était mon dernier avertissement. Malgré ce mois qui est censé être représentatif du printemps, nous sommes en pleine période d'hiver, la pire depuis des années! Ayez du cœur. Si vous ne donnez aucun signe de vie avant demain soir, je serais obligée de les expulser. Ils n'auront plus de toit. Réfléchissez à cela, même si j'ai l'impression de gaspiller mon temps et mon énergie pour vous convaincre.


Veillez prendre en compte ma dernière requête et que Dieu puisse leur venir en aide. Qu'il ait pitié de l'âme de ces pauvres enfants...





Madame Pervenche,
Directrice de l'Orphelinat Shadow.






♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕





« Le 15 Octobre 1943 à Londres.
Orphelinat Shadow.




♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕





Son du téléphone qui sonne... Clac!



- "Oui?" Une voix caverneuse répondait au bout du fil.

- "Monsieur Drosselmeier?"

- "C'est pourquoi?"

- "Je suis Madame Pervenche, la Directrice de l'Orphelinat..."

- Aucun bruit ne se faisait entendre au bout du fil.

- "Vous vous souvenez de moi? Avez-vous reçu mes lettres?"

- Toujours rien...

- "Monsieur, cessez de faire le mort, répondez-moi! J'ai en ma présence deux agents de la police londonienne. Ils sont venus à mon établissement pour régler une affaire concernant les enfants Hoffmann."

- Un long silence... puis...

- "Que voulez-vous?"

- "Que vous m'écoutiez attentivement!"

- "Bien... Que se passe-t-il?"

- "Clara et Nolan ont dépassé les limites de l'impensable! Cela fait déjà des années que je vous supplie de les reprendre! Plus le temps passait, plus leur état se dégradait! Je n'ai cessé d'espérer qu'un jour, ils trouveraient un nouveau foyer, mais c'était tout bonnement impossible car vous refusiez de les prendre! Vous avez gâché leur enfance, Monsieur Drosselmeier!"

- "Je n'ai pas décroché pour recevoir vos reproches, Madame!"

- "Oh et bien, vous devriez! Par votre faute, ils se retrouvent à la rue
dès ce soir. Leurs valises sont déjà prêtes, les agents de police vont les emmener en garde-à-vu, étant donné qu'ils sont encore mineures, ils ne peuvent rien faire contre ces enfants."


- "Je reformule ma question: Que s'est-il passé avec les Hoffmann?" Sa voix était tranchante.

- "Ils sont complètement névrosés, voilà le problème! J'ai l'impression qu'ils ont perdu la tête depuis qu'ils sont à l'Orphelinat. Ils ont même osé mettre le feu aux vestiaires pour ne pas quitter cet endroit!"

- "Ils ont allumé un feu?"

- "En quoi cela vous étonne? Vous vous inquiétez maintenant?"

- "Je suis psychiatre madame... les sujets compliqués m'intéressent..." Sa voix était plus calme, même mielleuse, comme s'il souriait au bout du fil.

-"Vous allez vous en occuper oui ou non?"

-"Tout dépend leur état... dîtes-moi ce qu'ils ont pu faire ces derniers mois."

- Bouffée de fumée qui s'échappait de sa bouche, fumant le cigare.

-"Clara est... étrange, même terrifiante! Elle est renfermée, ne parle à personne. Elle arrache la tête de ces poupées, casse les jouets des enfants. Il lui ait même arrivé de bousculer un camarade dans les escaliers. Elle voulait savoir s'il allait rebondir! Vous vous rendez compte?"

-"Continuez..."

-"Elle est étrange... elle parle de la mort, n'exprime aucune joie... Ou quand elle le fait, cela devient aussi étrange. Je ne sais plus sur quel pied danser avec elle, elle refuse d'obéir et je n'ose même plus rester seule dans la même pièce qu'elle! Et puis, elle continue à jouer à la poupée pour son âge. Son état m'inquiète, sincèrement. Sans compter qu'elle tyrannise ses camarades avec son frère!"

-"Intéressant... Parlez-moi du petit frère..."

-"Alors lui! Tout aussi cinglé que sa sœur! Il est pourtant expressif, s'adapte facilement dans un groupe, mais il est dangereux pour les autres. Un jour, j'ai retrouvé un rat mort sous l'oreiller d'un enfant! L'autre fois, il avait osé mettre de la javel dans la nourriture de chaque enfant. On a échappé au pire! Sérieusement, vos neveux ont vraiment besoin d'aller voir un psy!"

-"Rien d'autre Madame?"

-"Il... il... il développe un comportement sociopathe et pas besoin d'être un psy pour le constater."

-"Précisez..."

-"Il fait du mal aux animaux... il les tue, mais à petit feu... il est dangereux, je n'en veux plus sous mon toit, autant que sa sœur! Alors venez les chercher avant qu'ils ne finissent dans la rue, morts de froid! Ce serait peut-être une bonne chose d'ailleurs..." Elle avait chuchoté ces derniers mots.

- Un long silence s'installa...

-"Vous connaissez l'Asile Rosewood?" Nouvelle bouffée de fumée.

-"Non... un asile? Est-ce vraiment nécessaire Monsieur?"

-" Vu ce que vous m'avez dit, oui madame... veillez les envoyer à l'Asile sous ma demande, il n'y aura aucun problème à ce qu'ils y rentrent."

-"Si telle est la seule solution..." Soupir.

-"Je vous laisse Madame, j'ai suffisamment perdu mon temps avec vous."

-"Attendez!"

- Silence...

-"J'ai une dernière question à vous poser..."

- Silence...

-"Pourquoi n'êtes vous jamais venu les chercher?"

- Toujours rien... Puis, au bout d'un moment, il brisa ce long silence de mort.

-"Ce sont les enfants de mon frère... je n'en veux pas, envoyez-les à l'Asile..."



♕ ♕ ♕



Puis, il raccrocha, laissant Madame Pervenche interloquée au bout du fil. Il rajouta alors qu'il venait de poser le combiné sur l'appareil téléphonique:

-"Je déteste les gosses..."»





Dernière édition par A. Clara M. Hoffmann le Mar 28 Oct - 21:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

- it's my wonderland -

☞ ARRIVEE A ROSEWOOD : 27/10/2014
☞ TON PSEUDO : Sissy - Clochette

☞ CONTES ECRITS : 44
☞ CÉLÉBRITÉ : Chloe Moretz, la badass ♥
☞ POINTS RP : 82
☞ HUMEUR : Sensiblement morbide. Capricieusement tyrannique. Délicieusement Mercredi...





follow the cat to wonderland
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤  

MessageSujet: Re: Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...   Mar 28 Oct - 21:30


☞ tell us your story ☜
Kiss My Eyes The Name To Sleep
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤


♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕
follow the cat to wonderland





« Le 16 Décembre 1943 à Rosewood.
Asile Rosewood - Bureau de Ratighan.




♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕





Assise sur une chaise en fer inconfortable, tu attendais sans mot dire la visite du psychologue. A ta droite, se trouvait ton frère, Nolan, s'amusant à jongler avec une balle en mousse. Il n'y avait aucun bruit. Seul le son du cliquetis de la pendule résonnait dans la pièce. En face de vous, se trouvait un immense bureau en bois de rose, orné de fil d'or et d'argent. Luxueux pour un lieu aussi sinistre. Cela faisait une semaine que vous étiez arrivés à l'Asile Rosewood. Avant cela, vous étiez placés dans une maison de correction. Et même avant cela, dans un Orphelinat. Vous avez été ballottés de foyer en foyer avant d’atterrir dans cet asile de fous sur l'ordre de votre oncle Drosselmeier. A cette pensée, tu étirais un sourire quelque peu médisant, le regard noir. Cet oncle que tu avais tant aimé auparavant, tu le haïssais. Il t'avait abandonné, laissé toute seule avec ton frère. Suite à la mort de tes parents, il ne t'avait même pas pris en charge. Il ne t'avait même pas élevé. Non, il t'avait laissé... seule... grandissant sans repère, ni aucune stabilité. Il n'y avait plus que toi et ton frère. Lui... ta seule famille. Après la mort de tes parents, tu avais réussi à prendre conscience qu'il était plus que le dernier de ta famille. Nolan, ta chair et ton sang. Ainsi, tu t'étais accroché à lui comme une sangsue. En mal d'amour et de repères, ton frère a été ta bouée de sauvetage, t'agrippant à lui à chaque instant comme s'il allait t'échapper. Tu avais peur qu'en tournant la tête quelques secondes, il s'évapore. Tu avais peur qu'il meurt lui aussi et de te retrouver définitivement seule. Cette peur de la solitude, de l'abandon, tu l'as trop vécu dans le passé et tu transposais tes peurs sur Nolan. S'il venait à disparaître de ce monde... tu ne serais plus que livrée à toi-même... tu n'aurais plus de limite, plus de barrière... Le sol se déroberait sous tes pieds... te laissant tomber dans les méandres du néant... Plus que l'ombre de toi-même... Plus que le démon de ton être...



Alors, tu t'accrochais à lui, refusant qu'il puisse partir. Tu étais un peu du genre castratrice, lui coupant les ailes pour ne pas qu'il prenne son envol... qu'il te laisse seule. Pourtant, tu n'avais rien à craindre. Jamais il ne te laisserait seule. Tu en avais bien conscience, pourtant, tu te laissais parfois dominer par cette peur enfantine et cette paranoïa qui te rongeait de l'intérieur. Te poussant à brider ton frère, à l'étouffer et étrangement, à le négliger. Car plus tu t'accrochais à lui, plus tu avais tendance à t'en détacher. Sans le vouloir, la plupart du temps. Tu ne voulais pas être dépendante de quelqu'un. Tu ne voulais pas te lever le matin en sachant que tu avais quelqu'un sur qui veiller. Tu voulais être seule, sans aimer personne! Quelle ironie! Toi qui as si peur de l'abandon, tu exiges quand même d'être seule?! Un brin masochiste, tu t'affligeais des blessures du cœur qui étaient impossible à panser. Une souffrance constante, souvent indolore, par habitude... comme anesthésiée... Car tu aimais ton frère d'un amour absolu, presque malsain. Il était ton frère, ton pilier, ton âme sœur, ton monde, ton tout. Ton cœur était gorgé d'un amour fraternel quasiment indéchiffrable. N'aimant personne, on pouvait se demander si tout l'amour que tu pouvais posséder était destiné exclusivement à une seule personne... Il était même impossible de mettre des mots sur ce que tu pouvais ressentir. Il était ton double en version masculine. Aussi tordus l'un que l'autre, vous jouez à des jeux macabres avec le sourire. Il te comprenait... tu le comprenais. Ensemble face à l'adversité, vous n'aviez pas peur de vous retrouver seuls, du moment que vous étiez ensemble. Rien ne vous faisiez peur ou peu de choses. De toute façon, vous saviez très bien qu'à vous deux, aucun mur, ni aucune montagne pouvait vous résister. Vous avez grandi sans personne à vos côtés. Vous avez tout appris de l'un de l'autre. Il était ton reflet dans le miroir...



Ainsi, tu fixais la fenêtre qui se situait juste derrière le bureau, le mur d'en face. Attendant sûrement qu'un ange passe. Poupée terrifiante posée sur tes genoux, tu tournais la tête sans un bruit en direction de ton frère. Tu l'observais. Froide, calme, sans aucune expression à part le vide. Tu affichais souvent cette mine morne... l'habitude. Il avait l'air d'être à l'aise, affichant continuellement ce côté nonchalant et flegmatique. Rien ne le perturbait, tout comme toi. Puis, toujours sans un bruit, tu pris le chemin inverse, regardant de nouveau ce qui se passait dehors. Alors que le silence pesait lourd et que la pendule devenait votre berceuse, la porte s'ouvrit derrière vous. Des bruits de pas... puis le son étrange d'une canne... Toujours impassible, tu levais ton arcade sourcilière. Nolan avait cessé de jouer avec sa balle, la rangeant rapidement dans la poche de son pantalon. Aucun de vous deux n'avez tourné la tête pour voir ce qui se passait. Puis, après quelques instants, un homme âgé pris place dans son fauteuil, vous faisant face. Il avait beaucoup de classe, ce qui te faisait sourire. "Pourquoi souriez-vous mademoiselle?" demandait-il d'une voix calme. Tu ne pris pas la peine de répondre. Pourquoi te posait-il la question d’ailleurs? Si tu avais envie de sourire, tu le faisais, tu n'avais pas besoin d'expliquer tes faits et gestes. A sa question, tu retrouvais ta mine morne, le regard froid. A première vu, tu affichais un air ennuyeux, comme si tu avais passé dix ans dans la même pièce. En clair, tu t'en foutais royalement, mais pour cela, il n'était pas forcément au courant...


"Je me présente... Je suis le Docteur Ratighan, spécialisé dans les névroses en tout genre. Savez-vous pourquoi je vous ai convoqué?" Il continuait ainsi, toujours aussi calme, portant à son nez ses lunettes de vue alors qu'il trifouillait quelques feuilles de papier. Aucune réponse de toi, ni de ton frère. L'homme resta perplexe, mais repris la parole. "Savez-vous où vous êtes au moins?" Tu étirais lentement un mince sourire d'amusement sur tes lèvres pâles. Cependant, contre toute attente, c'était ton frère qui pris la parole, amusé. "Dans un asile de fous, monsieur!" Il écartait les bras sur chaque côté, comme une évidence. Il faisait même le malin. Tu admirais ton frère pour son audace. L'homme restait perplexe devant la joie du jeune homme. Il ne comprenait pas pourquoi il était si heureux de se retrouver ici. Était-ce de l'ironie? Il n'en savait rien pour le moment, cela faisait simplement une semaine que les Hoffmann résidait à Rosewood. Ratighan se tournait donc vers toi pour demander ton avis. "Et toi alors? Que penses-tu?" Sortant de tes songes obscurs, tu le fixais comme une vache bovine, sans expression. Tout chez lui te surprenait. Pourquoi toutes ces questions? A tes yeux, c'était lui le névrosé dans cette pièce, pas toi. Tu te sentais en pleine forme et saine d'esprit. "Ce que je pense?" Moment de pause. Tu étais absente, loin, très loin... avant de revenir sur terre. "C'est un endroit charmant... je préfère ce lieu à l'orphelinat..." Réponse aussi banale qu'un simple "oui" dans une conversation. Tu ne décrochais pas cette sempiternelle expression de monotonie. Rien n'avait été si intéressant que de finir dans un asile de fous. Tu aimais cet endroit et tu ne comprenais pas les autres personnes qui se plaignaient à longueur de journée. Tu n'étais là que depuis une semaine, mais pourtant, tu n'avais entendu que pleurs, jérémiades et cris. Ce qui te rendait quelque peu joyeuse. Tu aimais toute cette énergie négative. Tu aimais voir les gens malheureux, cela les rendait plus intéressants. Les sourires et autres attentions te faisaient vomir. Tu ne te complaisais pas dans la banalité du monde. Tu préférais tes poupées scarifiées et ton monde psychédélique que de te confronter au monde des bisounours. Ici, au moins, tu étais servie. Rien ne te rendait plus "normale" que de voir les gens se comportaient étrangement ou encore d'en voir d'autres souffrir. C'était amusant. Enfin, ça dépendait de quel point de vu...



Le médecin se frottait légèrement le front, lâchant un "Je vois..." à voix base. Il paraissait dépassé, mais pourtant, tu savais qu'il était heureux. Il souriait... n'était-ce pas signe qu'on était content? Quand on sourit, c'est qu'on ressent de la joie, non? Tête penchée légèrement sur le côté, tu l'observais étrangement comme s'il était une bête curieuse que tu auscultais avec attention. L'homme retirait donc ses lunettes de son nez, les déposant sur son bureau, tout près d'un coupe-papier en argent. La lame scintillait sous les rayons du soleil. Tu ouvrais de grands yeux, fascinée par l'objet en question. Enfin! Quelque chose d'intéressant dans ce bureau! Tu avais envie de jouer avec le coupe-papier. Une idée lumineuse venait à l'instant de germer dans ton esprit tortueux. Tu te tournais alors vers ton frère. "Rappel-moi de jouer à l'aveugle quand on ira rejoindre nos chambres." Tout aussi naturellement que cela soit possible de le faire, tu repris ta position initiale, comme si de rien n'était. Toujours aussi calme, tu regardais le Docteur, attendant qu'il crache ses paroles abstraites. "Jouer à l'aveugle? En quoi cela consiste?" demandait-il, faisant semblant de s'intéresser à toi. Il voulait instaurer un climat de confiance pour que tu puisses parler avec ton cœur, sans retenue... mais c'était raté d'avance. Qu'il continu de ramer, il ne verra jamais le rivage. Tu pris alors la parole, sans aucune émotion, simplement pour répondre à une question sans aucun intérêt. "Cela consiste à se bander les yeux et à lancer des couteaux sur son partenaire. Dans tout les cas, c'est moi qui lance les couteaux." avais-tu fini satisfaite. C'était un jeu que tu aimais faire avec ton frère. Ce dernier était souvent le cobaye car il était hors-de-question pour toi de te retrouver à la merci d'un aveugle qui lançait des couteaux. Non que tu n'avais pas confiance en ton frère, mais tu n'aimais pas être vulnérable. Tu aimais avoir le dessus et à travers ce jeu, tu dominais. Tu étais celle qui lançer les couteaux alors que ton partenaire subissait sa sentence les yeux fermés. C'est toi qui décidais où lançait, à quel moment, à quelle vitesse... Tu étais maîtresse de la situation. L'un de vos nombreux jeux plus tordus les uns que les autres.



Le Docteur Ratighan perdait patience et tout en se levant de son bureau, il rouspéta. "Ça suffit maintenant! Je suis ici pour vous attribuer vos cellules et non vos chambres! Nous ne sommes pas dans un hôtel, mais dans un asile jeunes gens!" En le regardant virer au rouge, tu trouvais cela quelque peu fascinant. Pourquoi s'énervait-il? Il avait bien demandé en quoi consistait le jeu, non? Et puis, tu ne comprenais pas pourquoi il voulait absolument qu'on soit terrifié par cet asile! Au contraire, il devrait être heureux de constater que son lieu glauque plaisaient au moins à deux personnes. Cependant, tu ne bronchais pas alors que ton frère affichait clairement son ennuie. Il se mettait même à bailler. Le Docteur fit le tour, canne en main. Il boitait. Tu trouvais sa caractéristique charmante. Un éclopé! Tu les aimais bien les éclopés... Il avait trois jambes, qu'il en avait de la chance. Il s'adossait donc à son bureau, les mains empoignant les bordures du meuble. Il était penché légèrement en avant, comme une sorte de voûte qui nous recouvrait. Il commençait à parler à Nolan. "Tu as été répertorié comme un patient dangereux, pour toi-même, comme pour les autres. Les responsables de cet asile ont donc décidé de te placer chez les rouges. Tu vas y être immédiatement conduit." Il affichait un air sérieux. Sa voix était ferme, presque tranchante. Et évidemment, mon frère ne manquait pas de panache pour répliquer. "Les rouges... ce sont les plus dangereux, c'est ça?" Le Docteur hochait de la tête. "Cool!" finissait-il par dire en faisant une moue de satisfaction, bien heureux d'être considéré comme fou dangereux. Bien qu'il était plus intelligent et plus sournois que ces pauvres déphasés du bulbe! Tu t'attendais donc à le rejoindre aussi. C'est alors que le médecin venait t'annoncer tout le contraire. "Quant à toi ma petite Clara, tu vas être placée chez les roses. N'aies pas peur, ils sont inoffensifs, tu y seras très bien." Sa voix s'était adoucie pour t'annoncer cette fracassante nouvelle qui te faisait comme l'effet d'une bombe. Tu sentais la colère monter en toi, mais ton visage n'exprimait toujours rien. Tu lâchais froidement un "Pourquoi?", serrant les dents à t'en faire péter la mâchoire. Ratighan repris donc de plus bel. "Parce que tu es loin d'être dangereuse mon enfant. Ton frère a une mauvaise influence sur toi..." A ces dernières paroles, tu ne pouvais t'empêcher de partir dans un fou rire incontrôlable. Tu ne pouvais plus t'arrêter. Si seulement il savait... Si seulement il savait que tu étais plus sournoise qu'il n'y paraissait. Ton oncle avait bien raison... il n'y a que dans les corps frêles et les visages angéliques que réside le diable... On ne se méfie jamais de ces dernières... Pourtant, ce sont les pires. Tu en étais la preuve, sauf qu'il n'avait pu déceler ta dangerosité à ta juste valeur. D'un côté, tu étais fière car il n'avait rien vu. Tu cachais très bien ton jeu. Mais ce qu'il venait de t'annoncer, tu le prenais comme une insulte et non un compliment. Il voulait vraiment voir de quoi tu étais capable?! Et bien il allait être servie... ce n'était pas lui, ni sa bande de névrosés à lunette qui allait te séparer de ton frère. Ils ne savaient vraiment pas de quoi tu étais capable... vraiment pas...



Tu tournais donc la tête vers ton frère, serrant ta poupée scarifiée contre ta poitrine. Tu n'étais pas apeurée, ni affolée, ni inquiète. Tu savais que tôt ou tard, tu allais le rejoindre. Lui aussi le savait, ce n'était qu'une question de temps. Il savait pertinemment que tu n'allais pas rester ainsi sans réagir. Il te connaissait pas cœur... ce qu'il espérait, c'est être présent au moment des faits. Ainsi, vous vous regardiez sans mot dire, le regard apaisant. Ton bras droit se décollait alors de la chaise, se dirigeant vers ton frère, ta petite menotte entrouverte. Sans mot dire, Nolan la pris dans sa main gauche, fermant ainsi cette dernière sur la tienne. Regard complice... câlin pudique... Une belle scène qui se déroulait dans le silence... avant que ce dernier soit brisé par les infirmiers qui pénétraient comme des bourrins dans le bureau, prenant d'assaut ton frère. Ton cœur se pinçait sous cette scène. Ils osaient t'arracher à lui. Ainsi, tout contact fût brisé, ta main retombant le long de la chaise, comme morte. On emmenait ton frère dans ses quartiers, alors que toi, tu regardais la scène se dérouler sous tes yeux, sans mot dire, mais le cœur gros. Tu saignais intérieurement. Tu te demandais combien de temps tu allais être éloignée de lui. Mais ce n'était qu'une question de temps... Ce Ratighan... S'il pense avoir déjà tout vu, il se trompe. Il n'a pas encore vu le vrai visage du diable...»




Dernière édition par A. Clara M. Hoffmann le Mar 28 Oct - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

- it's my wonderland -

☞ ARRIVEE A ROSEWOOD : 27/10/2014
☞ TON PSEUDO : Sissy - Clochette

☞ CONTES ECRITS : 44
☞ CÉLÉBRITÉ : Chloe Moretz, la badass ♥
☞ POINTS RP : 82
☞ HUMEUR : Sensiblement morbide. Capricieusement tyrannique. Délicieusement Mercredi...





follow the cat to wonderland
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤  

MessageSujet: Re: Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...   Mar 28 Oct - 21:30


☞ tell us your story ☜
Kiss My Eyes The Name To Sleep
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤


♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕
follow the cat to wonderland





« Le 22 Décembre 1943 à Rosewood.
Asile Rosewood - Infirmerie.





♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕ ♕





Trois heures du matin... Son du téléphone...Clac!




-"Passez-moi la direction, tout de suite!"

Quelques secondes plus tard...

-"Suis-je bien en ligne avec vous, madame Di Cuori?"

-"C'est bien moi... que se passe-t-il? J'espère que cela est urgent! Si vous avez osé me déranger pour des sottises, vous entendrez parler de moi!"

Sa voix était aussi tranchante qu'une lame, aussi piquante que l'épine d'une rose. Elle était de mauvais poil.

-"C'est important Madame Di Cuori, sinon, jamais je n'aurais osé vous importuner de bon soir..."

-"Cessez de blablater, venez-en au fait!"

-"Oui, excusez-moi madame." bafouillait l'infirmière qui était de service le soir.

-"Il est arrivé un drame au dîner de ce soir, madame! C'est affreux!"

-"Cessez de gémir! Cela vous arrive-t-il d'articuler? J'ai l'impression d'entendre un mioche manger sa bouillie, c'est désagréable!" rouspétez-t-elle au bout du fil, visiblement de très mauvaise humeur.

-"Excusez-moi... Je..."

-"Et cessez de vous excuser! C'est agaçant!"

Elle marqua un temps d'arrêt, visiblement épuisée par ce début de conversation catastrophique.

- "Allez-vous enfin me dire ce qu'il se passe?" finissait-elle par prononcer lentement en appuyant chaque syllabe. Elle perdait patience.

-"Une patiente de notre asile a commis un crime... enfin, elle a tenté..."

-"Elle a commis ou elle a tenté?" s'impatientait-elle.

-"Elle a mis du poison dans le souper du Docteur Ratighan, madame..."

-"Comment?" demandait-elle surprise.

-"Oui, elle a empoisonné le Docteur, on ne sait pas pourquoi, ça s'est passé tellement vite!"

-"Calmez-vous petite incapable! Veillez me raconter de A à Z ce qui s'est réellement passé et sans bafouiller ou je vous jure que je vous vire sur le champ!" grondait-elle au bout du fil.

-"Oui madame..."

Silence...

-"Cela s'est passé ce soir, à l'heure du souper. Tout se passait très bien jusqu'au moment où le Docteur Ratighan fût pris de violentes convulsions. De la bave sortait même de sa bouche, il n'arrivait plus à parler, seulement à gémir et à pousser des cris étouffés. Au départ, on pensait qu'il perdait la tête! Il a même renversé notre table, brisant les assiettes et autres couverts. Je n'ai vraiment pas compris ce qu'il se passait."

-"Et ensuite? Qu'avez-vous fait?"

-"Je suis tout de suite venu à son aide. On est tous venu pour lui attribuer les premiers soins. Au bout d'une soirée épuisante, nous avons réussi à le tirer d'affaire, mais il est mal en point. Au départ, nous avons cru à un aliment pas frais, à une intoxication, mais rien de cela."

-"Comment pouvez-vous savoir que ce n'est pas une intoxication alimentaire? Il a très bien pu avaler une sardine pas fraîche..."

Di Cuori baillait légèrement au bout du fil. Vu l'heure, elle maudissait ce coup de fil nocturne.

-"J'ai aussi pensé à cela avant que la patiente dont je vous ai parlé vienne tout nous dire."

-"Comment ça? Et qui est cette patiente, bon sang!"

-"Il s'agit de Clara Hoffmann, une jeune fille de dix-neuf ans, internée pour cause de musophobie aiguë et du syndrome de peter pan."

-"Et vous voulez me faire croire qu'une fille qui joue encore à la poupée a empoisonné le Docteur? Vous vous fichez de moi!"

-"Pas du tout madame! Je vous assure, elle a réellement voulu empoisonner notre cher Ratighan! Rien que d'y penser... que c'est affreux!"

-"Si vous commencez à pleurer, je vous raccroche au nez! Continuez, je veux savoir ce qu'il s'est passé."

-"Ensuite, la jeune fille, Clara, est venu nous voir à l'infirmerie pour nous dire qu'elle avait mis de la mort aux rats dans la soupe du Docteur. Au départ, je ne la croyais pas, elle est si jeune, si fragile! Mais après le diagnostique fait au Docteur, il s'agissait bien de ce poison qui se trouvait dans son estomac. Et puis, on a eu la confirmation de plusieurs patients qui ont dit qu'ils l'ont vu verser un mélange étrange dans la soupe. Elle ne s'est même pas cachée! Elle l'a fait aux yeux de tous! Je crois bien que la petite délire, j'ai de la peine pour elle..."

-"De la peine? Vous me faites rire! Comment peut-on ressentir de la peine pour des fous?"

Elle râlait au bout du fil.

-"Vous êtes sûre que c'est bien elle qui a fait cela? Vous connaissez la raison?"

-"Oui, c'est bien elle madame, nous avons mené notre enquête toute la nuit, il n'y a aucun doute! Et non, nous ne connaissons pas les raisons d'un tel acte. Elle a simplement déclaré qu'elle voulait tester une nouvelle expérience."

Silence...

-"Que faisons-nous Madame Di Cuori?"

-"Et bien... changez-là de secteur! Mettez-là avec les rouges, si son délire, c'est d'empoisonner la bouffe des autres, je n'ai aucune envie de me retrouver sur un lit d'hôpital ou pire! A la morgue! Donc veillez faire le nécessaire!"

-"Mais... Mais... elle est si jeune, si douce! Vous n'allez quand même pas la mettre chez les fous dangereux?! Elle va se faire tuer!"

-"Alors pour quelle raison m'appelez-vous à une heure si tardive?!"

-"Pour vous prévenir, madame..."

-"Et bien maintenant que je suis prévenue, faites ce que je vous dis! Transférez-là chez les rouges et si elle se calme, elle retourna dans sa cellule. Je ne veux pas d'une folle empoisonneuse dans les couloirs! Maintenant, je vais tenter de dormir! Merci bien de m'avoir dérangé!"




♕ ♕ ♕



Clac!


La Directrice venait de raccrocher. Au bout du fil, l'infirmière qui restait pantoise...


Bip bip bip...




♕ ♕ ♕



Ils ne savaient vraiment pas de quoi tu étais capable... vraiment pas...
Maintenant... il le savait...»




Dernière édition par A. Clara M. Hoffmann le Mar 28 Oct - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

- it's my wonderland -

☞ ARRIVEE A ROSEWOOD : 27/10/2014
☞ TON PSEUDO : Sissy - Clochette

☞ CONTES ECRITS : 44
☞ CÉLÉBRITÉ : Chloe Moretz, la badass ♥
☞ POINTS RP : 82
☞ HUMEUR : Sensiblement morbide. Capricieusement tyrannique. Délicieusement Mercredi...





follow the cat to wonderland
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤  

MessageSujet: Re: Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...   Mar 28 Oct - 21:31

Ce sera bon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

- it's my wonderland -

☞ ARRIVEE A ROSEWOOD : 26/10/2014
☞ TON PSEUDO : herondale

☞ CONTES ECRITS : 75
☞ CÉLÉBRITÉ : sebastian stan
☞ POINTS RP : 200





follow the cat to wonderland
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤  

MessageSujet: Re: Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...   Mar 28 Oct - 21:51

anw casse noisette et puis chloe bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

- it's my wonderland -

☞ ARRIVEE A ROSEWOOD : 27/10/2014
☞ TON PSEUDO : Sissy - Clochette

☞ CONTES ECRITS : 44
☞ CÉLÉBRITÉ : Chloe Moretz, la badass ♥
☞ POINTS RP : 82
☞ HUMEUR : Sensiblement morbide. Capricieusement tyrannique. Délicieusement Mercredi...





follow the cat to wonderland
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤  

MessageSujet: Re: Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...   Mar 28 Oct - 22:00

Merciiiiiiiiiiiiiiiiii à toi Kaedan
Changement de tête avec Chloe

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Pourquoi un corbeau ressemble à un bureau ?

avatar

- it's my wonderland -

☞ ARRIVEE A ROSEWOOD : 03/09/2014
☞ TON PSEUDO : PHILHARONICS

☞ CONTES ECRITS : 91
☞ CÉLÉBRITÉ : Cara Delevingne the crazyone
☞ POINTS RP : 235
☞ HUMEUR : à chercher le lapin blanc





follow the cat to wonderland
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤  

MessageSujet: Re: Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...   Mer 29 Oct - 16:56

Idem ma chérie
Comme pour Seven, il faut que tu change le premier poste pour que je puisse te valider
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

- it's my wonderland -

☞ ARRIVEE A ROSEWOOD : 27/10/2014
☞ TON PSEUDO : Sissy - Clochette

☞ CONTES ECRITS : 44
☞ CÉLÉBRITÉ : Chloe Moretz, la badass ♥
☞ POINTS RP : 82
☞ HUMEUR : Sensiblement morbide. Capricieusement tyrannique. Délicieusement Mercredi...





follow the cat to wonderland
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤  

MessageSujet: Re: Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...   Mer 29 Oct - 18:09

C'est fait
Nouvelle fiche pour une nouvelle vie! Arrow

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Pourquoi un corbeau ressemble à un bureau ?

avatar

- it's my wonderland -

☞ ARRIVEE A ROSEWOOD : 03/09/2014
☞ TON PSEUDO : PHILHARONICS

☞ CONTES ECRITS : 91
☞ CÉLÉBRITÉ : Cara Delevingne the crazyone
☞ POINTS RP : 235
☞ HUMEUR : à chercher le lapin blanc





follow the cat to wonderland
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤  

MessageSujet: Re: Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...   Mer 29 Oct - 18:20

JTE VALIDE DONNNC
Bon.. Jte remet pas le blabla de bienvenue hein Je t'épargne le post, tu sais ce qu'il te reste à faire
Je sais pas si je te l'avais dis la première fois, mais j'adore le perso de Clara, enfantine mais cruel et sadique à souhait Bien dérangé dans son genre Puis je kiff sa relation avec son frangin (d'ailleurs il se ramène quand ton frérot ? )

Et pour désigner les rouges et les roses tu peux tout simplement dire les patients de l'aile-est (les tarés quoi ) et ceux de l'aile ouest (c'est les gentils roses bonbons )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

- it's my wonderland -

☞ ARRIVEE A ROSEWOOD : 27/10/2014
☞ TON PSEUDO : Sissy - Clochette

☞ CONTES ECRITS : 44
☞ CÉLÉBRITÉ : Chloe Moretz, la badass ♥
☞ POINTS RP : 82
☞ HUMEUR : Sensiblement morbide. Capricieusement tyrannique. Délicieusement Mercredi...





follow the cat to wonderland
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤  

MessageSujet: Re: Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...   Mer 29 Oct - 23:57

Pour être dérangée, elle est bien dérangée What a Face
Merciiiiiiii Ça fait encore plaisir J'y ai mis du coeur dans mes persos, je suis donc contente que ça plaise autant

Oooh mon frangin
Il débarque dès que possible, je le harcèle pour, il ne devrait pas tarder
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



- it's my wonderland -






Contenu sponsorisé
follow the cat to wonderland
✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤  

MessageSujet: Re: Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...   

Revenir en haut Aller en bas
 

 

Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...



Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Clara ☩ it’s dark inside... it’s where my demons hide...
» Ava - Don't get too close, it's dark inside.
» it's dark inside.
» It's Dark Inside...But the light still shines || Breaden T. Sithmaith & Q. Silvester Cavanaugh
» with the beast inside There’s nowhere we can hide- Alecia

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IT'S ONLY A DREAM ♕ welcome to Rosewood ::  :: Présentation :: Terrier du lapin blanc-